HISTOIRE et PATRIMOINE - Région nazairienne - Presqu'île guérandaise - n° 89 - avril 2017

01    ÉditorialH & P - n° 89 - Couverture - Page 1.2 (2)
        Christiane Marchocki
04    Jean-Émile Laboureur et les Américains à Saint-Nazaire en 1917-1918
        Daniel Sicard
22    Les phares et sémaphores de Saint-Nazaire
        Patrick Pauvert
30    Théâtre et chansons dans les années 1950, avec l’U.M.P
        Daniel Sauvaget
40    Saint-Nazaire et ses statues
        Loup
48    Hubert Caldecott
        Un jeune résistant nazairien fusillé en représailles, en octobre 1941
        Marie Lenoir
51    Un sous-marin allemand envoyé par le fond
        L’exploit d’Arsène Hervy en 1917
        Madeleine Jégu
54    Le château de Savenay, à Chelsea
        Claude Thoméré
66    Monseigneur au village
        Le 24 avril 1938, Jean-Joseph Villepelet, évêque de Nantes, visite le village de Mayun, à La Chapelle-des-Marais
        Marcel Belliot
74    La Baule - Paris - La Baule, à vélo
        avec le Vélo Club Nazairien - 1979
        Paul Correc
80    Les fameuses huîtres de Mesquer
       De la naissance de l’ostréiculture 1860-1960
        Jocelyne Le Borgne
88    Journal d'un aumônier breton - 1850 (20e partie)
        Christiane Marchocki
93    L'HISTOIRE ET L'IMAGINAIRE
93    - La Pierre du Héron - Adeline Roussel
96    CA SE PASSE AUJOURD’HUI
96    - La tête de l’emploi de Gérard Uginet
98    à LIVRE OUVERT
98    - Les tribulations d’une prof (S. Massonnaud-Herbouiller)
- Christiane Marchocki
99    - Le Passé Composé et l’Imparfait (Gérard Kirion) - Christiane Marchocki
100   L’ASSOCIATION

Pour feuilleter quelques extraits de ce numéro, cliquez ici.

 


Editorial
Avec le présent numéro, les amateurs de textes variés seront, une nouvelle fois, satisfaits.
Les deux guerres mondiales, auxquelles le port de Saint-Nazaire a été confronté, sont évoquées. Il existe différentes visions, différents évènements. L’histoire est rapportée sous des angles parfois inattendus. L’aspect artistique n’est pas oublié. L’art, quel qu’il soit, est la mémoire des hommes.
Jean-Émile Laboureur nous a laissé des gravures, véritables témoins de la vie à Saint-Nazaire en 1917, celle des civils et celle des militaires américains arrivés en renfort.
Hommage est fait à Arsène Hervy, capitaine au long cours, embarqué second capitaine, officier de tir sur le vapeur Guyane, qui a coulé un sous-marin allemand, le 22 janvier 1917. Bien que loué et décoré, il n’en a jamais parlé à ses proches.
Hommage, aussi, à Hubert Caldecott, jeune résistant nazairien, fusillé en octobre 1941. Il comptait parmi les 50 otages exécutés en représailles, après que le commandant allemand Karl Hotz ait été abattu à Nantes.
La paix revenue, la vie reprend de plus belle, vie souvent exubérante. On fréquente les bals populaires, mais aussi le théâtre. Non contents d’assister aux spectacles, on monte sur les planches. Dans la région nazairienne, les comédiens amateurs enthousiastes sont nombreux.
Sur un autre ton, avec la même ferveur, on se rassemble aussi, avant-guerre, autour de l’évêque de Nantes, en visite à Mayun, en 1938. Les fêtes religieuses de l’époque étaient belles et grandioses.
Quittons les périodes perturbées et posons-nous un moment devant les statues érigées à Saint-Nazaire, écoutons leur histoire, racontée avec verve et esprit.
Deux noms de lieux, qui, à priori, n’ont rien de commun : Chelsea, quartier huppé, situé à l’ouest de Londres, et, modestement, Savenay. Ils sont, pourtant, associés, en trait d’union. Lisez.
Vous aimez le sport et les voyages ? Enfourchez votre vélo, en compagnie de vos amis, prenez la direction La Baule, Paris, La Baule, en aller et retour, pour un évènement nazairien et baulois. À la fin de l’épreuve, les profanes auront une idée plus précise de l’ambiance sportive cycliste.
Les ports ont des phares. Saint-Nazaire est un port, donc Saint-Nazaire a des phares, et des sémaphores. Ils sont recensés et décrits, dans ce numéro.
Notre aumônier breton n’a toujours pas terminé sa mission. Désormais, nous connaissons son nom. Son journal a été trouvé parmi les papiers de famille, conservés par l’un de mes oncles paternels à Vannes. Je ne désespère pas de savoir comment ce manuscrit est parvenu jusqu’ici.
Pour finir, cela vous tente, des huîtres ? Celles de Mesquer sont délicieuses. Leur histoire est telle qu’elles sont même le sujet d’une thèse.
Enfin, dans les dernières pages, laissez-vous emporter par un héron. Il vous enlève, au-dessus de la Brière, vers l’imaginaire...                                                                                                                            

Christiane Marchocki
Présidente de l’APHRN


Pour vous procurer ce numéro,  il suffit, au choix :

. de l'acheter dans un point de vente (cliquez)
· de nous adresser un
chèque (cliquez), de 13,50 € (10 € + 3,50 € de participation aux frais de port), à notre adresse (APHRN – Agora - Case n° 4 - 2 bis avenue Albert de Mun – 44600 Saint-Nazaire), joint au bon de commande à imprimer
· d’effectuer un
virement bancaire (cliquez), de 13,50 € (10 € + 3,50 € de participation aux frais de port), au profit de l’APHRN
· de régler par carte bancaire
(cliquez), via le système de paiement sécurisé PayPal

Dès réception de votre règlement, nous déposerons la revue dans votre boîte aux lettres, ou nous vous l’adresserons par la poste, si vous n’habitez pas la région nazairienne/guérandaise